AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 madame rêve (debbie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

MESSAGES : 56
INSCRIPTION : 30/07/2015
PSEUDO : spf
AGE : vingt-deux ans
PRIORITES : aucune
FACECLAIM : keilani asmus (applestorm)

MessageSujet: madame rêve (debbie)   Ven 31 Juil - 19:11


----------------------------

    L'homme va et vient, son plateau chargé, pressé par le temps. Il est trop jeune, dans son habit de service, un visage enfantin et les traits tirés comme si les années avaient déjà trop travaillées. Il devrait arrêter, souffler parfois, poser le plateau qui lui courbe le dos. Pourtant son pas reste constant, quand il s'approche de la terrasse où Lula se tient immobile, un livre entre-ouvert sur ses genoux. « Je te sers un thé ? » Il lui sert toujours un thé. Chaque après-midi, quand elle s'installe sur la terrasse, il s'approche d'elle et sourit timidement. Il ne sait jamais trop quoi lui dire d'autre. Pourtant, quand il s'approche, Lula pose toujours le livre sur la table devant elle, redresse le regard et glisse derrière son oreille une mèche de cheveux égarée. Elle le regarde dans les yeux et parfois même elle sourit. Ce jour là, elle fait « oui » de la tête, et quand il s'éloigne, elle murmure un « merci ». Il est l'homme à la terrasse, l'ombre qui se déplace sur les planches, avec toujours ce sourire sur les lèvres. Depuis qu'elle vient ici, elle en a vu des visages, la plus part ne prenant pas la peine de sourire, de profiter des journées qui s'offrent à eux. Les gens ont le visage gris, marche vites, ne prennent pas le temps de regarder. La plus part boivent leur café sans faire attention à cette gamine montée sur roulette, garée dans son coin, qui boit son thé à la paille. Elle pourrait faire sans, mais elle a finit par s'habituer. C'est plus simple, moins pénible. Et puis, elle n'a pas envie de dire au serveur qu'elle n'en a plus besoin, de cette paille pour seule attention qu'on lui porte dans une journée. Un geste gentil, quand il dépose le plastique plié à côté de la tasse immaculée. Aujourd'hui ne fait pas exception. Il dépose et retourne danser sur son plancher, le pas léger mais pressé.

    Assise dans son fauteuil, les doigts de Lula jouent sur la couverture du livre, tardant à se détacher de la silhouette du serveur. Il fait partie des visages qu'elle aime croiser parce qu'ils ne posent pas de question. Des ombres qui vont et viennent sans s'attarder. Les autres elle les chasse. La faute à la vie, à l'ennui qui la ronge, assise toute la journée à la terrasse du café. Elle regarde passer les gens, tourne les pages de ses livres sans jamais rien faire d'autre. Elle se complaît à ne rien faire, à se plaindre quand on lui demande de la misère qu'elle porte sur ses genoux fragiles. Lula ne se bat plus. Lula se laisse couler. Alors elle lâche le livre, le laisse retomber lourdement sur la table. L'histoire d'un homme et d'une femme qui se croisent sans jamais se voir. Ses doigts glissent autour de la tasse qui immédiatement lui réchauffe les doigts. Il fait bon dehors, pourtant elle prend plaisir à laisser la chaleur l'envahir, avant de chercher à taton de quoi faire infuser l'eau bouillante. Sa main cherche et se heurte à du vide. Redressée dans son fauteuil, elle s'approche un peu plus, heurte le pied qui fait tanguer la table. L'équilibre fragile de sa journée qui vacille. Lula se recule mais bien trop tard, le liquide brûlant se déverse déjà sur ses jambes. « Merde. » Sa voix brise le silence apaisant de la terrasse a peine peuplée. Les gens autour, en couple ou solitaire ne font pas attention à elle. « Non, c'est pas possible. » La voix tremblante, elle éponge son pantalon humide du revers de sa main. Incapable de se débrouiller seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MESSAGES : 37
INSCRIPTION : 29/07/2015
PSEUDO : spf
AGE : vingt deux ans
FACECLAIM : Alicia Vikander + monroes

MASTERMIND.
NOTEBOOK:

MessageSujet: Re: madame rêve (debbie)   Dim 2 Aoû - 17:35

Le monde ne tourne plus très rond depuis quelques temps. Les jours passent, se ressemblent et Debbie, elle a l'impression d'étouffer dans cette vie qu'on lui impose. On lui tend une robe, puis une autre. On attend pas qu'elle ait fini d'essayer pour ouvrir la cabine d'essayage et lui en tendre une autre. Les vendeuses minaudent, s'exclament, mentent. La porte se referme. Des éclats de rire retentissent, celui de sa mère plus fort que les autres. Ca sonne affreusement faux à ses oreilles. Son regard croise son reflet. Elle ne se reconnaît plus, Debbie. Ses traits sont tirés. Elle sourit mais ça fait bien longtemps que son sourire n’atteins plus ses prunelles chocolat. Elle renfile son jean fétiche, a l'impression, déjà, d'être un peu plus elle. Elle n'a pas poussé le vice jusqu'à mettre un t-shirt à l'effigie d'un groupe de rock qu'elle affectionne. Ca ne serait pas passé auprès de sa mère. Alors, elle renfile sa blouse, ses ballerines et sort de la cabine, ses robes sous le bras. Sa mère paye, fait livrer ses achats à la demeure familiale avant de congédier sa fille, ne la laissant qu'avec un simple sachet d'un achat qu'elle ne cautionne pas. Elle n'a plus besoin d'elle. Pas d'au revoir, Debbie. Pas de j'ai apprécié cette journée avec toi. Elle s'est contenté d'un regard et Debbie, elle a compris. On avait plus besoin d'elle. Son rôle était terminé. Elle devrait se sentir soulagée, Debbie, mais cette idiote, elle attend encore un geste qui prouverait qu'elle compte, qu'elle n'est pas qu'un pion dans la vie bien rangée des Forbes.

Elle quitte le magasin sans un regard en arrière. Elle remonte la rue plus vite qu'elle ne ferait habituellement. Son cœur tambourine. Elle a le souffle court. L'angoisse enserre sa poitrine. Elle sort un paquet de cigarettes de son sac à main. Sa main tremblante arrive à l'allumer. Elle inhale le poison. Il se répand dans son corps et la calme. Mais la vie ne lui laisse aucun répit. Elle relève la tête et son regard s'arrête sur la jeune femme installée à la terrasse sur le trottoir d'en face. Sa main reste en suspens. Son souffle se coupe. Lula, lui échappe. Lula est là. Lula avec un livre. Comme elle aurait été si elle avait attendue une Debbie éternellement en retard. Mais Lula n'est plus. Lula ne l'attend pas. Alors, Debbie, elle reste en retrait. Elle fume sa cigarette et elle l'observe. Sa meilleure amie. Son ancienne amie. Cette connaissance. Elle ne sait plus trop ce que Lula est. Les limites entre l'amitié et l'inconnu sont flous. Elle lui trouve bonne mine. Ca lui vacille le cœur. Elle détourne le regard. Elle devrait partir, mais ses pieds restent ancrés au sol. Douce ironie. Elle finit par relever le regard, juste à temps pour voir la débandade. Debbie, elle veut plus rien à voir à faire avec Lula, qu'on se le dise. Pourtant, elle sort de son sac un paquet de mouchoir de manière instinctif avant de traverser la rue. Elle lui jette sur la table à portée de main. « Essuie-toi, on voudrait pas laisser croire que ta vessie te lâche également. » Elle reste froide. Impassible. Incapable de pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
madame rêve (debbie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Madame Pepperpot (Maïa Borges/Schleich) 1984
» Madame Mathilde
» Madame Barbare arrive
» Vous avez un ticket Madame ?
» Plus fort que Madame Irma ou Nostradamus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NO PLACE IN HEAVEN :: WOONTUCKET :: Woontucket Center :: Talon's Café-